Les Parisiens respirent mieux. Une étude d’Airparif, association chargée de surveiller la qualité de l’air en Ile-de-France, rendue publique en juillet, montre « une baisse sans précédent », comme s’en félicite Bertrand Delanoë, de la pollution dans la capitale depuis 2002. Ce progrès est dû, pour une part, à la réduction du trafic automobile. Un constat qui tombe à pic pour le maire de Paris, alors que sa politique antivoitures dans la capitale fait l’objet de vives critiques.

Télécharger l’article en dossier en pdf

Le Monde Planète la pollution de l’air coûte cher (pdf)